Label - Flying Nun Records

Flying Nun Records

Introduction

A l'occasion de la réédition des chefs d'oeuvres de Flying Nun Records par le label new-yorkais Captured Tracks, je m'attelle à un projet de plus grande envergure, une analyse sur le Label de Rock indépendant néo zélandais, Flying Nun Records. Je souhaite en préambule remercier NME pour leur aide précieuse, ainsi qu'à tous les intéréssés cités dans cet article.

Histoire du Label

Chaque grand label de rock indépendant est né lors d'une période spéciale de son pays. Le label Flying Nun Records (que nous abrégerons en FNR ou en Flying Nun dans cet article), qui est le plus grand label de rock néo-zélandais et l'un des plus grands au monde, ne fait pas exception à la règle.

En 1981, l'équipe de rugby d'Afrique du Sud, alors en plein Apartheid, défie les interditions internationales, pose les pieds en Nouvelle-Zélande pour une tournée sportive. Cette tournée fait un scandale en Nouvelle Zélande. La violence éclate dans les rues et des matchs sont annulés. Des mouvements anti-apartheids se développent mais l'Etat ne veut rien entendre (le Premier Ministre était plus proche du communisme que de la démocratie). Selon Roger Sheperd, il y aurait eu "des restrictions internationales sur les importations et nous étion sen quelque sorte coupés du monde".

C'est à Christchurch, une ville en Nouvelle Zélande, que tout commence. Roger Sheperd voit se produire sur scène un groupe, The Clean. Comblé par ce nouveau groupe, Sheperd décide de financer leur premeir single (Tally Ho!) pour 50$ (!!!!). Le single se classe au 19ème rang du classement des achats en Nouvelle-Zélande. Le label est lancé.

Sheperd prend alors une décision qui va changer la face du Rock Indé mondial, ou tout du moins, celle du rock Néo-Zélandais. Il décide de réaliser une compilation d'une multitude de groupe localisés à Christchurch. Il dit "Il y avait une multitude de petits groupes à l'époque comme les Gordons. Et on voyait tous à quoi ressemblait un musicien professionel en Nouvelle-Zélande : une grande barbe, une chemise déboutonée mal coupée, et nous, nous voulions faire du Rock dans nos propres termes, avec nos propres règles".

Shayne Carter, qui signe pour le label un peu plus tard, va encore plus loin dans cette critique : "Le son des musiciens allaient complétement dans le mauvais sens ! Il sortait parfois de nulle part !"

The Clean sort en 1981 son premier album, un EP devenu légendaire : "Boodle Boodle Boodle", qui obtient un succès considérable pour un groupe de rock indépendant (prends ça dans ta gueule Arcade Fire). 

L'argent gagné permet au label d'agrandir son nombre de groupes avec l'arrivée de The Chills ("le plus représentatif du Dunedin Soud" selon Martin Aston du Times), The Verlaines (inspiré du poète français), The Gordons  ("une influence aussi grande que celle de Sonic Youth", selon Gary Steel), The Stones (rien à voir avec les Rolling) et de Sneaky Feelings, quatre groupes de Dunedin, une grande ville du Sud de la Nouvelle-Zélande. Le terme controversé de "Dunedin Sound" apparaît alors. Un membre du label affirme aujourd'hui : "Il n'y avait peut être pas de son de Dunedin en tant que tel. Mais il y avait sans aucun doute un esprit de Dunedin, assez similaire a ce truc du DIY".

Sheperd passe ensuite la décennie suivante à chercher de nouveaux groupes, tout en bataillant pour garder ceux qu'ils possèdent déja. Il dit : "Certains groupes voulaient voir ailleurs, voir s'ils pouvaient gagner de l'argent par eux-même". En effet, le label de Rock Iné a toujours du mal à avoir du succès. Mais dans cette période (les décennies 80/90), Sheperd signe Look Blue Go Purple (qui était, selon Bruce Russell, "le grouple le plus impressionnant du label sur scène"), Tall Dwarfs et surtout, The Bats (seul groupe du label qui n'a pas changé de composition).

Le label voit alors une multitude d'albums sortir chaque année. On peut citer, en 1982, Odities, le premier vrai album des Clean.  En 1984, l'album Pink Frost des Chills. En 1986, les deux albums très importants de Look Blue Go Purple et Sneaky Feelings, respectivement LGBPEPs' et Sentimental Education. En 1987, deux autres albums très importants, Daddy's Highway des Bats et Brave Wordsdes Chills, ainsi que Bird Dog des Verlaines. Les Bats continueront sur leur lancée avec les album The Law Of Things en 1990 et Fear of God en 1991, puis Silverbeet en 1993. En 1994, The Clean signe leur meilleur album : Modern Rock.

En 1992, une compilation rassemble toues les femmes faisant partie de ces groupes. En effet, les femmes sont très présentes chez FNR, avec des membres chez les Bats, les Verlaines, Sneaky Feelings, Look Blue Go Purple (entiérement composé de femmes).

A l'époque, il règne un véritable esprit DIY dans la communauté FNR, comme le dit Ian Henderson (important membre du label) : "On faisait de la musique juste pour nous et nos amis, sans aucune attente vis-à-vis des autres et du succés, et c'était très libérateur". Kaye Woodward des Bats, ajoute : "Nous voulions tous partager des posters entre nous, ou des choses comme ça !"

Mais au cours des années, Sheperd s'aperçoit que le label "est devenu un business. Et qu'il n'est définitivement pas un businessman". L'année dernière, le label américain Captured Tracks conclut un partenariat (assez impressionant) avec le label afin de rééditer les principales oeuvres.

Groupes Importants

Roger Sheperd est sans doute un des hommes avec le plus de flair au monde. Durant plus de 20 ans, il asigné de nombreux groupes, qui ont tous apporté quelque chose à l'édifice FNR. Parmi les plus importants, on peut citer :

•   The Clean : Le premier groupe du label que The Clean rejoint en 1978, et donc, sans doute le plus influent. Composé de David et Hamish Kilgour et Robert Scott et précédemment de Peter Gutteridge et Doug Houd, le groupe est très actif dans les années 80 avec trois albums : Odities, Compilation et Vehicle. Le groupe l'est d'ailleurs toujours aujourd'hui (Mister Pop est leur denier album, sorti en 2009).

•   The Chills : Basé comme The Clean à Dunedin, The Chills est une des pierres angulaires du Dunedin Sound. Sans doute le groupe qui a le plus changé de composition chez FNR, il reste un des plus influents de tous, leur style musical étant très reconnaissable.

•   The Bats : Le seul groupe qui n'a pas changé de composition depuis sa création en 1982 et un des seuls encore actifs aujourd'hui. Venant de Christchurch de par son leader Robert Scott, The Bats a sorti une multitude d'albums, très importants pour certains, comme le célèbre Daddy's Highway

•   Look Blue Go Purple : Fondé à Dunedin et actif pendant seulement 4 ans (1983 à 1987), c'est le seul groupe du label composé exclusivement de femmes. Mais selon plusieurs journalistes, c'était le groupe le plus influent et le plus imposant sur scène.

•   Sneaky Feelings : Fondé à Christchurch et actif pendant 11 ans (1981 à 1992), les Sneaky Feeling ont beaucoup écrit sur l'ennui dans leur ville. Ils avaient la particularité de tous chanter.

•   The Verlaines : Fondé en 1981 par une bande d'illumminés, The Verlaines est le groupe dont la prose est sans doute la plus intéressante. Sortant 6 albums en 8 ans (de 1985 à 1993), le groupe est l'un des plus présents dans l'activité du label. Mais l'un des moins connus également.

Influence

Aujourd'hui, l'influence du label est encore très palpable. Des groupes très importants sur la scène underground avouent en être fan, comme par exemple The Pains Of Being Pure At Earth et sa noise pop avant-gardiste, Mac de Marco et sa pop fine,  John Peel, The Brian Jonestown Massacre, Parquet Courts (Andrew Savage dit que Flying Nun est son label préféré et que c'est celui-là qui lui a ouvert les portes d'un nouveau monde dans le domaine de la musique), Hookworms ("On sait tout de suite quand on écoute un titre de FNR !").

Selon Sheperd, il se passe quelque chose de très intéressant en Nouvelle-Zélande : "Aucun des groupes actuels en Nouvelle-Zélande n'écoutent vraiment des trucs de FNR, mais ils écoutent des groupes américains qui se sont inspirés de FNR, et donc, l'influence revient quand même et les Néo-Zélandais reproduisent cette musique".

On peut également citer Palma Violets, Girls Names et Electrelane, groupe très influents.

Son

Au départ, le son peut ressembler à un mélange de Velvet Underground et des Byrds, selon NME. Aucune comparaison ne s'impose, tant le label a su imposer son propre son : des guitares sèches (voires acoustiques) et des chants à l'accent néo-zélandais très prononcé.

Matthew Bannister de Sneaky Feelings dit "Nous avions de grandes idées mais parfois pas les moyens de les réaliser. C'est ça qui est charmant". Modeste en plus de ça.

Pour représenter le label, on peut parler du son des Bats, le meilleur groupe du label selon moi. Formé par Robert Scott en 1982 parce qu'il ne supportait pas son simple rôle de bassiste (dans le groupe The Clean, comme quoi, tout est connecté), et bientôt rejoint par Kaye Woodward et Paul Kean, puis par Malcom Grant, le groupe révolutionne la scène néo-zélandaise avec notamment une période très active dans les années 80 malgré l'éloignement des différents membres du groupe.

Le groupe est composé à la base de façon très simple : guitare, basse, batterie. Mais sur ces 3 ou 4 éléments (parfois 2 guitares) peuvent se greffer un piano ou un violon, selon les envies et les besoins.

Grâce à son écriture simple mais audacieuse, naïve mais évocatrice et mystérieuse, sans prétention mais avec conviction, The Bats permet d'esquisser les contours de ce qu'on pourrait appeller un rock (voire pop) direct et efficace, entraînant mais mélancolique et nostalgique. Des thèmes simples et limpides - la clé du rock est là : composer un thème auquel personne n'avait jamais pensé - avec des voix sublimes (écouter les versions acoustiques et notamment les titres It's not the same et Tragedy par "Take Away Shows") et des paroles assez surprenantes. 

D'ailleurs, on peut aussi parler des Verlaines, qui étaient sans doute les meilleurs dans ce domaine. Magic rappelle très justement dans son dernier numéro l'audacieuse rime "Do You Like Paul Verlaine ? / Shall we have our photo taken", je crois qu'il n'y a rien à ajouter. Pour l'exemple avec les Bats :

"It's Not the same / I heard you say / It's just a game / For us to play" du titre It's not the same. Ou "I've no need for clocks" et "I'll see you down the docks". Une composition qui a toujours su évoluer tout en gardant le charme des débuts, même si l'eau a bien coulé sous les ponts, Magique.

Conclusion

Je conclurai en disant que la composition des Bats est semblable à son label. Ce label a toujours pensé qu'il jouait pour lui-même avec un aveuglement volontaire, avec un entrain non feint, un refus de conformisme et avec cette envie de toujours évoluer et de faire évoluer, une musique simple et sans détour, tout en étant sophisitquée et complexe. Tel est Flying Nun Records, un des plus grands labels de Rock indé de tous les temps (le plus grand ? Factory Records veille au grain mais pourquoi pas ?).

Fabuleux. Du génie sans égo. Comment mieux définir le Rock indépendant ? 

Alexandre Bazin-Evel

Sujet: Label - Flying Nun Records

Aucun message nʼ a été trouvé.

Nouvel avis